Des astuces pour déclencher un accouchement naturellement

La nature fait bien les choses et il faut lui faire confiance. Mais parfois, on a bien envie/besoin d’un petit coup de pouce pour aider à déclencher l’accouchement naturellement. C’est souvent le cas des femmes en dépassement de terme et pour qui se profile un déclenchement artificiel avec perfusion d’ocytocine (et parfois aussi le fameux décollement des membranes). Une solution fréquemment proposée lorsque les bébés préfèrent rester au chaud ! Voici 10 astuces naturelles à tester pour déclencher un boost d’ocytocine spontané (et le début du travail). 

Table des matières

Les recommandations d'usage

  • Testez ces astuces et remèdes naturels de grand-mère uniquement après la 39e semaine de grossesse (ou 41 semaines d’aménorrhée), date du terme de la grossesse. Et seulement si votre grossesse se passe bien (on n’essaie pas ces tips si le déclenchement de l’accouchement est décidé par la gynécologue et l’obstétricien pour des raisons médicales, comme du diabète gestationnel, hypertension…).
  • Il s’agit juste de donner un petit coup de pouce (c’est bébé qui décide) et de vous proposer des astuces à tester si un déclenchement artificiel du travail se profile. 
  • C’est avec un boost d’ocytocine (l’hormone du plaisir qui agit aussi sur les contractions) que l’accouchement va pouvoir se déclencher naturellement. La plupart du temps, c’est bébé qui provoque ce boost lorsqu’il est prêt à naitre.
  • Chaque grossesse et chaque personne est différente : ce qui fonctionne pour une maman peut ne pas fonctionner pour une autre.
  • En cas de doute, demandez toujours l’avis d’un.e professionnel.le périnatal.e ou d’une sage-femme. 

Déclencher naturellement l'accouchement avec l'alimentation

L'ananas

D’après certaines femmes, l’ananas frais aiderait à déclencher le travail. C’est parce que ce fruit a la particularité de contenir de la bromélaïne, un principe actif aux multiples bienfaits. La bromélaïne favorise le travail et la dilatation du col de l’utérus. Si vous aimez l’ananas, c’est le moment d’en profiter (en quantité raisonnable, bien sur).

Les dattes

On dit que consommer six dattes par jour, au cours du dernier mois de grossesse, facilite l’accouchement et favorise l’ouverture du col de l’utérus. Et oui ! Ce fruit a des propriétés quasi similaires à l’ocytocine, et il est plein de bienfaits pour la santé, de la grossesse au post-partum. Petite contre-indication : la datte n’est pas recommandée aux futures mamans ayant du diabète gestationnel car elle est trop riche en glucides.

Déclencher naturellement l'accouchement en bougeant

Faire du ballon

Mais oui, vous savez, le fameux ballon de grossesse (qui est d’ailleurs top aussi pour le post-partum) ! Ce grand ballon d’exercice vous aidera à soulager les tensions dorsales et ligamentaires, à faciliter l’ouverture du bassin et permettra à votre bébé de bien se positionner. Asseyez-vous sur le ballon et effectuez des séries de petits mouvements de balancement (de gauche à droite, ou d’avant en arrière), comme pour bercer bébé. Vous pouvez aussi faire de légers rebonds sur le ballon.

La méthode "italienne"

Cette méthode est très populaire chez les futures mamans en fin de grossesse : les relations sexuelles. C’est finalement une valeur sûre pour déclencher une vague d’ocytocine ! En plus de cela, le sperme contient des prostaglandines, qui favorisent l’assouplissement du col de l’utérus et donnent un coup de pouce pour stimuler la contraction de l’utérus. Il parait qu’il faudrait faire l’amour trois fois par jour pour que la méthode italienne fonctionne (et que c’est encore plus efficace en cas d’orgasme !).

Marcher

Bouger, marcher, ça permet d’aider bébé à descendre dans le bassin et à se positionner de façon à faire pression sur le col de l’utérus. C’est la loi de la gravité ! Vous pouvez vous dégourdir les jambes 20 minutes par jour, ou bien monter et descendre les escaliers pour libérer de bonnes doses d’ocytocine et dilater le col de l’utérus ! Vous pouvez aussi danser, faire du yoga, ou aller faire quelques longueurs à la piscine. Privilégiez une activité physique douce (pas la peine de s’épuiser non plus avant d’accoucher !).

D'autres astuces pour déclencher un accouchement naturellement

L'acupuncture

Cette médecine chinoise traditionnelle utilise des aiguilles pour stimuler un point précis du corps et rétablir un bon équilibre. En dépassement du terme, il va s’agir de travailler les points énergétiques producteurs d’ocytocine). L’acupuncture permet de favoriser l’assouplissement du col de l’utérus et de faciliter le déclenchement naturel de l’accouchement. Même si aucune étude n’a pour l’instant prouvé son efficacité pour lancer le travail, elle est de plus en plus utilisée dans des maternités françaises, comme à Necker ou à Valenciennes. Ces maternités la proposent notamment pour aider bébé à se placer correctement pour l’accouchement, détendre les futures mamans, soulager les douleurs et diminuer l’utilisation d’ocytocine médicalisée.

L'homéopathie

L’homéopathie est aussi une solution naturelle très plébiscitée par les futures mamans le dernier mois de grossesse. Elle permet à la fois d’être plus zen et de favoriser le travail et la dilatation du col utérin. N’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un.e médecin homéopathe ou d’une sage-femme formée à l’homéopathie.

La stimulation des mamelons

D’après certaines études, la stimulation des mamelons déclenche des contractions de l’utérus grâce à la libération d’ocytocine naturelle dans le sang. L’ocytocine, c’est cette hormone incroyable qui permet à la fois les contractions utérines et le réflexe d’éjection du lait maternel. Pour cela, rien de plus simple : essayez de simuler la succion exercée par bébé au moment de la tétée en exprimant votre lait manuellement ou au tire-lait pendant quelques minutes. A répéter de temps en temps.

L'huile d'onagre

L’huile d’onagre est, elle aussi, de plus en plus plébiscitée par les sages-femmes et conseillée aux femmes enceintes qui ont dépassé le terme. Elle est riche en acide linolénique et contiendrait aussi des précurseurs de la prostaglandine (ceux dont je vous parlais déjà pour la méthode « italienne »). Un combo gagnant pour aider le col à se ramollir et à s’effacer, et pour réduire la durée du travail.

Attention : on entend aussi souvent parler de l’huile de ricin pour provoquer des contractions utérines et agir sur le déclenchement du travail. Cette huile est à utiliser avec une très grande précaution, et sous le contrôle de votre gynéco : elle peut induire des complications au moment de l’accouchement (diarrhées pour maman et bébé). 

L'huile essentielle de Sauge Sclarée

Certaines huiles essentielles peuvent favoriser le déclenchement naturel et diminuer la douleur des contractions grâce à leurs propriétés utéro-stimulantes. C’est le cas, par exemple, de l’huile essentielle de Sauge Sclarée (à ne pas confondre avec sa cousine au nom ressemblant). Des sage-femmes la conseillent pour éviter un déclenchement médicalisé à leurs patientes. D’après une étude anglaise sur l’aromathérapie (réalisée en 2012 sur un petit panel de 87 femmes ayant dépassé le terme), le simple fait d’inhaler régulièrement de l’huile essentielle de sauge aiderait à déclencher des contractions.

Parmi les huiles essentielles utéro-stimulantes, il y a aussi le PetitGrain Bigarade (apaisante et idéale pour faciliter la maturation du col utérin), le Palmarosa (en massage dans le bas du dos pour déclencher les contractions) et le Giroflier (le fameux clou de girofle, qui est aussi un anti-douleur). Ces huiles essentielles sont à utiliser avec précaution (toujours diluées !), et uniquement une fois le terme dépassé.

Utiliser des huiles essentielles pour déclencher un accouchement naturellement

Les coups de pouce (ils aident mais ne déclenchent pas l'accouchement)

Les tisanes de feuilles de framboisier

Elles sont souvent citées dans les aides naturelles pour déclencher un accouchement. Et pourtant ! L’infusion de feuilles de framboisier ne provoque pas de boost d’ocytocine et n’aide pas non plus le col de l’utérus à ramollir. Par contre, elle peut faciliter l’accouchement en permettant des contractions plus régulières et efficaces, et un travail à priori plus rapide. C’est grâce à la frangine, une molécule qui tonifie l’utérus. Autant vous dire que la tisane de feuilles de framboisier est aussi un must pour la récupération post-partum (et la réduction des risques d’hémorragie post-accouchement). Vous pouvez la consommer le dernier mois de grossesse (surtout pas avant) et en post-natal à raison de 3 tasses par jour.

L'ostéopathie

L’ostéopathie peut aussi être une aide précieuse : elle se base sur une manipulation manuelle du corps pour préparer le bassin à l’accouchement. L’ostéopathe va chercher à libérer les tensions de la femme enceinte et du bébé. Résultat : bébé est détendu et entouré d’ocytocine, des conditions idéales pour qu’il descende et appuie sur le col utérin, déclenche les contractions et le travail. L’ostéopathie, en tant que telle, ne sert pas à provoquer l’accouchement. Elle est plus là pour le faciliter et lever les éventuels blocages physiques de la patiente. C’est un facilitateur, et non un déclencheur.

La moxibustion

Issue de la médecine chinoise, la moxibustion consiste à approcher un bâton de moxa  près du corps (sans jamais le toucher) pour le chauffer. Elle est très utile en fin de grossesse, notamment pour aider bébé à se retourner et à se positionner correctement pour un accouchement par voie basse pour le jour J.

Vous aimez cet article ?
Épinglez-le sur Pinterest !

Epingle pinterest de l'article astuces pour déclencher naturellement un accouchement
Epingle pinterest de l'article astuces pour déclencher naturellement un accouchement
Epingle pinterest de l'article astuces pour déclencher naturellement un accouchement

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.