Lâchez-nous les ovaires !

hypersexualisation, mon corps n'est pas un business

LE CORPS FÉMININ, TOUT LE MONDE A UN AVIS DESSUS...

Un sein sur la plage, un bout de peau sur une publicité, c’est entré dans les moeurs, ça ne questionne (presque) plus ! Un sein qui allaite, ça peut faire débat. En tout cas ça interpelle, ça questionne !
Personne ne l’a vu mais tout le monde a un avis dessus :
« tes seins vont ressembler à des gants de toilette »
« tu ne pourras pas allaiter avec tes tétons plats »
« tes seins sont trop petits, tu n’as pas assez de lait »
« c’est pas un peu incestueux quand même ?»

Un certain nombre de mythes et de stéréotypes concerne l’apparence. Subsiste aussi la possibilité d’un défaut de fabrication (seins trop plats, trop gros, trop petits…) ou que le corps perdra en féminité …

HYPERSEXUALISATION DU CORPS FÉMININ

Un modèle féminin normé

Au fils des siècles, le corps de la femme a toujours été érotisé.
Les standards ont évolué, mais les diktats n’ont jamais disparu.
A la fois montré et tabou, le corps féminin est devenu un outil marketing éprouvé.
On l’utilise en toutes occasions, que ce soit pour vanter les mérites d’un savon, d’un yaourt, ou d’une voiture… C’est ce qu’on appelle : l’hypersexualisation.

L’hypersexualisation est partout. Elle est devenue une norme sociétale. On la retrouve aussi bien dans les couloirs du métro, dans les magazines féminins que dans la littérature jeunesse…
Réductrice à l’extrême, elle représente un modèle unique qui fait partie de notre quotidien.
Un modèle auquel on essaie de coller (la norme rassure), et qui alimente ce cercle vicieux.
Lydya Assayag, du Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF), se penche sur la question de l’hypersexualisation du corps féminin depuis plus d’une dizaine d’années. Selon elle, « notre regard est conditionné socialement, c’est rendu tellement naturel [de voir des corps de femmes hypersexualisées dans la publicité] qu’on ne s’en rend plus compte. »
La nudité dans la pub, qui y fait encore attention ?
[En vrai, ça ne fonctionne que pour le marketing pur et dur, car quand Damien Saez a dénoncé l’hypersexualisation sur une de ses affiches il y a quelques années, dame censure ne s’est pas fait priée.]

Entre hypersexualisation et aseptisation

Nous apprenons aussi très tôt à cacher notre corps. Nous grandissons avec l’idée que féminité rime avec talons, maquillage… et pas un poil qui dépasse. Entre hypersexualisation et aseptisation, difficile de se retrouver pleinement dans les modèles féminins qu’on nous propose. Attention, ne pas confondre aseptisation (zéro poil) et naturel (poils friendly, au choix).
Le collectif Liberté, Pilosité, Sororité préfère utiliser le terme d’ «objectification sexuelle ». « L’objectification sexuelle survient quand une personne est réduite à son corps ou à certaines parties de son corps (jambes, seins, fesses…), ce qui fait qu’elle n’est plus perçue comme étant une personne, avec ses idées, ses sentiments, ses émotions, etc.  À cause de cette objectification sexuelle, le corps des femmes est considéré comme intrinsèquement « plus sexuel » que celui des hommes, ce qui implique qu’il doit être caché ».

Vers une déshumanisation du corps féminin

En 2016, l’agence de pub Badger & Winters dénonce la déshumanisation et l’hypersexualisation de la femme dans la publicité – la vidéo fait l’effet d’une bombe. Et pour cause !
Elle nous livre un joli condensé des stéréotypes diffusés dans notre société : érotisation du corps féminin, mépris des femmes, propos sexistes…
Autant nous sommes habitué-es à ces images distillées de ci de là dans notre quotidien, autant les voir résumées dans un spot, ça réveille ! Je vous laisse en juger par vous-même !

QUAND L’ÉTIQUETTE EST POSÉE

On peut se questionner sur la perception du corps quand il est maternant.
Un corps sexualisé et aseptisé, c’est compatible avec l’allaitement ?
Pour régler le problème, des étiquettes ont été posées.
Votre sein, en ce moment, il est plutôt sexuel ou nourricier ?
Entre maternité (corps qui donne naissance) et féminité (corps à parfaire), il faut choisir !
La société aime bien les cases. Les étiquettes rassurent (et là, même les hommes n’y coupent pas…).
Pourtant, un sein n’est pas juste un sein.
Dans de nombreuses cultures, montrer ses seins n’est ni tabou ni catégorisé.
Nous devons donc déconstruire le modèle unique, modifier notre perception et nous réapproprier notre corps. Non, mais !

Cet article vous intéresse ? Épinglez-le sur Pinterest !

Entre hypersexualisation et étiquettes, notre corps de femme en voit des vertes et des pas mûres. Il est grand temps que ça change !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

POUR PROLONGER LA LECTURE...

Laisser un commentaire

À PROPOS

Claire, créatrice de L'Embrasse Cœur, des colliers d'allaitement éthiques et originaux

CLAIRE - L'EMBRASSE CŒUR

Bienvenue sur mon blog !
Ici, je vous présente des astuces et des conseils autour de l’allaitement.
Je vous partage également mes réflexions et mes coups de cœur.
Bonne visite !

POUR NE RIEN MANQUER

INSTAGRAM

Instagram a renvoyé des données non valides.

LA BOUTIQUE EN LIGNE

Visitez la boutique en ligne !

Blog vers boutique
fringilla elementum efficitur. elit. accumsan dolor. commodo justo commodo venenatis, ut libero