Libérons les mamelons !

libérons le mamelon

VOILÀ L’ÉTÉ...

Le printemps et la chaleur arrivent, les corps se dénudent.
Dès les premiers rayons du soleil, il n’est pas rare de croiser des tétons masculins s’aérer sur les pelouses ou en bord de mer. Les mamelons ont eux aussi leur place sur la plage, même si le phénomène a tendance à diminuer.
Pourtant, lorsqu’une qu’une femme sort un sein pour allaiter hors d’un cadre privé (entendez chez elle ou tout autre endroit clos), la différence se fait parfois sentir.
Manque d’habitude et de transmission dans notre société, hypersexualisation du corps féminin, patriarcat très présent… peuvent expliquer cette différence de regard posé sur un acte naturel.
On a toutes entendu parler, dans les médias, de mamans confrontées à un regard hostile. Et même s’il ne s’agit que de cas isolés (et heureusement), il n’en reste pas moins qu’un petit vent d’inégalité souffle sur les mamelons… et par boule de neige, sur l’allaitement.
Sur internet, on trouve même des articles féminins expliquant comment allaiter discrètement.
Si je trouve un intérêt aux langes et aux capes d’allaitement (par pudeur, par envie de se créer un cocon… ), je trouve par contre dommage qu’on en soit à inviter les femmes à être discrètes.
Je croise régulièrement des mamans qui allaitent. Je n’ai, par contre, jamais croisé de femme qui dégainait son sein à l’air libre, l’agitait façon « Josephine Baker » en criant « je vais allaiter ! ».

LE TÉTON, LE MAMELON ET LA LOI

Il est important de rappeler que la loi « autorise » l’allaitement en public. En tout cas, elle ne le punit pas !
La notion d’ « attentat à la pudeur » a été remplacée en 1994 par « exhibition sexuelle ».
Alors, certes, on visualise bien le côté érotico-démonstratif en jeu (et donc pas du tout en lien avec l’allaitement, qui n’a rien de sexuel ni d’incestueux.., reprécisons-le).
Mais je me dis quand même que la nuance peut être compliquée à cerner pour les contestataires du mamelon lacté quand je lis la définition d’exhibition sexuelle sur le site Wikipédia.
“L’exhibition sexuelle est l’exécution en public ou dans un lieu accessible à la vue de tous, d’actes sexuels sur soi-même ou la personne d’autrui, et susceptibles d’outrager la pudeur d’autrui. [jusqu’ici, tout va bien]. L’exécution d’actes sexuels comprend l’exécution active (masturbation, rapport sexuel) et l’exécution passive (exhibition d’une partie du corps à caractère sexuel si elle est volontaire). »
Car, si la loi évolue en formulant plus précisément ce qui est punissable, il n’en reste pas moins un problème : la perception du sein dans notre société. Tant que le mamelon sera surtout considéré comme objet sexuel, il sera susceptible d’entrer dans la case « exécution passive ».
Un bébé ou un bambin qui tète cache le sein. Et parfois, il le lâche sans prévenir…
Dans ces moments là, sommes nous susceptibles de devenir, aux yeux de l’autre, « exhibitionniste » ?

LA DIFFÉRENCE DE TRAITEMENT SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Les réseaux sociaux affichent une politique de publication très stricte en ce qui concerne la nudité et le corps. Depuis 2014, les photos et illustrations de nu féminin sont supposées être autorisées si elles restent dans le cadre de la maternité, de l’accouchement et de l’allaitement. Je dis bien “supposées” car, dans la réalité, la censure subsiste (et je sais de quoi je parle…).
Pour faire simple, l’algorithme de Facebook / Instagram scanne et identifie des formes sur les photos. Si un sein est détecté (un sein, pas un téton), la photo est menacée de censure. Pour l’algorithme, un « sein », c’est un gros rond avec un petit rond (ou point) dedans… Véridique !
Du côté du téton masculin, tout va bien. Le règlement stipule qu’un torse masculin peut être publié librement.
Cherchez l’erreur ! On rejoint l’idée archaïque et patriarcale que le mamelon est sexuel, tandis que le téton masculin est … (est quoi d’ailleurs ?)
Face à ce constat, des comptes Instagram font de la résistance depuis quelques années, histoire de bien démontrer l’absurdité de la chose.

Genderless Nipple

Le compte publie exclusivement des photos de tétons.
Féminins ? Masculins ? Saurez-vous les reconnaître ?
Car Instagram, lui, s’y perd et a déjà supprimé une photo d’homme.

Genderless nipple, contre la censure de l'allaitement et des mamelons
Genderless nipple, contre la censure des mamelons et de l'allaitement

En 2015, l’artiste américaine Micol Hebron trouve une astuce pour que les seins soient autorisées sur les réseaux sociaux. Découpez et collez une image de téton d’homme sur vos photos topless, et le tour est joué !. Là encore, il est question de dénoncer un système absurde. De nombreuses femmes ont joué le jeu en retouchant leur photo. Résultat ? Les photos n’ont pas été censurées.

En 2017, le compte #safenipples utilise une autre arme pour contrer la censure. Il gomme les tétons des photos. L’effet est très dérangeant, les corps déshumanisés.
Safenipples multiplie les tests : quelle photo sera censurée ou non ?
Répondre à l’absurde par de l’absurde, ne serait-ce pas une façon de soigner le mal par le mal ?
Ce compte Instagram est tout récent et détourne, lui aussi, des photos de tétons. Ses créateurs, Noortje Palmers et Jasper Declercq, mènent une enquête ludique sur la définition du sein par Instagram. Sur leur site, ils expliquent : ” L’algorithme d’Instagram est conçu pour bloquer les seins nus de femmes. Mais qu’est-ce qui le déclenche ? Instagram verrait-il encore un sein si le mamelon était tendu comme le nez de Pinocchio ? Ecrasé entre un sandwich ? Ou caché sous une couche de glace ?”
Taboob prévoit de publier 75 photos de seins sur son compte. Les clichés sont numérotés pour pouvoir comptabiliser ceux qui auront été bloqués. Le projet deviendra ensuite une exposition à Anvers d’ici cet automne. Les photos seront alors vendues et les bénéfices iront à la recherche contre le cancer du sein.

CENSURE ET PRÉVENTION, LE MAUVAIS MÉNAGE

A forcer de vouloir cacher le téton féminin, les réseaux sociaux se heurtent à une limite de taille.
Il devient effectivement compliqué pour les associations de sensibiliser, notamment au cancer du sein.
En 2016, l’association argentine de lutte contre le cancer, MACMA (Movimiento Ayudar Cancer de Mama) a dû modifier sa campagne de prévention pour contourner l’algorithme. Elle a réalisé une vidéo d’auto-palpation sur une poitrine d’homme !

ET VOUS ?

Avez-vous expérimenté la censure sur les réseaux sociaux ou en allaitant ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

POUR PROLONGER LA LECTURE...

Laisser un commentaire

À PROPOS

Claire, créatrice de L'Embrasse Cœur, des colliers d'allaitement éthiqueset originaux

CLAIRE - L'EMBRASSE CŒUR

Bienvenue sur mon blog !
Ici, je vous présente des astuces et des conseils autour de l’allaitement.
Je vous partage également mes réflexions et mes coups de cœur.
Bonne visite !

POUR NE RIEN MANQUER

Soyez informés des nouveaux articles directement dans votre boite mail !

INSTAGRAM

Instagram a renvoyé des données non valides.

LA BOUTIQUE EN LIGNE

Visitez la boutique en ligne !

Blog vers boutique
elementum facilisis ut risus dictum libero Phasellus eleifend